Authenticité et passion du patrimoine architectural

6 février 2019

 

ENTRETIEN AVEC PATRICE BESSE

« Pas de ‘haut de gamme’ ni de ‘standing’, moins encore de ‘rarissime’, de ‘sublimissime’ qui serait ‘à voir absolument’. Tout au contraire, de l’authenticité, de belles pierres, quelquefois beaucoup d’histoire, et à coup sûr des bâtiments qui nous plaisent. »

Patrice Besse dirige le groupe immobilier éponyme avec lequel REALTA vient de conclure un partenariat à l’international. Pour mieux vous le faire connaître, nous avons réalisé cet entretien avec lui.

**   **  **

Racontez-nous d’abord l’histoire de votre groupe immobilier.

Mon grand-père a fondé cette agence en 1924, mon père l’a reprise par la suite et j’ai fait de même il y a 20 ans. Nous en sommes donc à la troisième génération. Quand je l’ai prise en charge, nous étions une agence classique. Nous vendions un peu de tout. Je l’ai orientée vers la vente d’édifices de caractère. J’ai développé pour cela un groupe national spécialisé dans ce créneau. Nos deux bureaux sont situés à Paris et nous comptons actuellement environ 75 collaborateurs répartis sur l’ensemble du territoire français. Mon objectif à court terme est d’en avoir une centaine. Nos services s’étendent à l’étranger : au Portugal, en Italie, en Belgique et maintenant, par l’intermédiaire de REALTA, au Québec.

À la suite de notre « tournée » réussie en province, nous avons mis en place, dans le prolongement de notre activité principale, une division parisienne  proposant à la vente, pour Paris et ses proches environs, appartements, hôtels particuliers, immeubles, pied-à-terre, maisons de villes , lofts et ateliers.

 

Qu’entendez-vous par édifices « de caractère » ?

Notre groupe propose un nombre important de châteaux, demeures historiques, manoirs et hôtels particuliers, mais notre savoir-faire ne se limite pas seulement à  la prise en vente de ce type de biens. Au fil des ans, nous avons élargi notre offre pour y inclure une grande variété d’édifices historiques : moulins, bâtiments industriels, maisons de village, corps de ferme… Importants ou modestes, ce sont des lieux remarquables, tous empreints d’authenticité et d’histoire, peu importe la valeur vénale du bien. Notre pays regorge de biens intéressants à moins de 100 000 euros. Ces bâtiments méritent d’être sauvegardés parce qu’ils constituent notre patrimoine architectural.

Depuis peu, afin d’aider les propriétaires-gestionnaires ayant développé une activité commerciale dans ces lieux, nous proposons également un nouveau service sur notre site internet : « Séjourner – Stay ». Nous présentons ici aux  personnes souhaitant  séjourner  dans ces édifices de caractère, à l’occasion d’un évènement privé ou professionnel, pour une journée, une semaine ou un mois, d’être mis en relation avec les propriétaires de ces lieux à travers une sélection faite sans concession dans nos choix.

Notre savoir-faire s’étend enfin à la prise en vente d’édifices religieux, plus particulièrement les églises. Comme elles sont désertées par les fidèles, certains diocèses peinent à les entretenir et souhaitent s’en séparer. Depuis cinq ans, nous en avons vendu une douzaine. C’est la seule solution pour ne pas qu’elles soient détruites. Nous veillons de notre mieux à ce que de « cultuelle », dévouée au culte, leur affectation passe à « culturelle ».

 

Comment expliquez-vous votre succès ?

Par notre passion ! Nos collaborateurs proviennent de multiples univers professionnels : photographes, architectes, anciens élèves de l’école du Louvre, historiens de l’art, anciens chefs d’entreprises, journalistes, metteurs en scène, écrivains, et j’en oublie. Ils ont en commun cette sensibilité culturelle pour le patrimoine architectural et je les initie ensuite au commerce. Nous nous définissons comme des transmetteurs du patrimoine architectural. Trouver, faire connaître et présenter à la vente des morceaux choisis de l’architecture française, telle est la mission que nous nous sommes donné et que nous appliquons sans a priori de taille ni de lieu.

 

Comment cet esprit se manifeste-t-il concrètement dans votre pratique ?

De toutes sortes de manières. Par exemple, nous sélectionnons énormément les bâtiments que nous offrons sur le marché. On me propose chaque semaine environ dix dossiers. Tous ne retiennent pas mon attention. Nous allons très loin dans la découverte du bâtiment. Nous faisons des recherches historiques fouillées, multiplions les visites des lieux et les rencontres avec le propriétaire. Il peut s’écouler deux ou trois ans entre le premier contact avec le propriétaire et le moment où l’on vend le bien. Quand un acquéreur potentiel se présente, nous l’interrogeons sur ses projets futurs. De plus en plus de clients vendeurs viennent nous voir parce qu’ils savent que nous serons vigilants quant à l’utilisation future du bâtiment. La façon dont nous présentons les biens attire une clientèle pour qui l’authenticité et le respect architectural sont importants. En tout cas, nous n’avons jamais eu de demande pour établir un Kentucky Fried Chicken dans une ancienne église !

 

Nous travaillons également pour des collectivités territoriales, des communes, des départements ou des conseils généraux. Nous entretenons des partenariats réguliers et des contacts réguliers avec les principales associations de défense du patrimoine, telles la Demeure Historique, l’Observatoire du Patrimoine Religieux, les Vieilles Maisons Françaises, Maisons paysannes de France, la Fondation du Patrimoine…

Cette approche systématique nous a valu d’être la première agence immobilière à recevoir un prix international remis à l’UNESCO au titre de la sauvegarde du patrimoine architectural et culturel. Nous en sommes bien fiers !

 

Votre groupe immobilier est en forte croissance. Comment vous assurez-vous de maintenir cet esprit patrimonial avec les nouveaux membres ?

Au moyen de la formation que nous leur proposons. Chacun de nos collaborateurs reçoit chaque année dix-huit jours de formation maison alliant culture et commerce, les deux pivots de notre activité. La dimension culturelle de la formation porte sur l’architecture, l’histoire de l’art, la photographie, etc. La dimension commerciale vise à comprendre, analyser et estimer ces lieux pour les transmettre dans les meilleures conditions à leurs nouveaux occupants. Pour cela, il faut être capable de définir la valeur fiscale ou vénale d’un bien immobilier qu’il soit château ou tout autre édifice de caractère ou encore appartement, maison, hôtel particulier ou immeuble parisiens. Cela exige des connaissances particulières et une maîtrise parfaite des transactions réalisées sur ces marchés spécifiques. Déterminer la valeur réelle d’un bien est un préalable indispensable à sa mise en vente. C’est pour cela que nous avons créé un service d’expertise en évaluation immobilière de biens à caractère exceptionnel. Membre de la Chambre des Experts Immobiliers de France, nous sommes reconnus pour la qualité et l’exactitude de nos évaluations.

 

Pourquoi REALTA ?

Nous recherchons des partenariats à l’étranger avec des agences défendant sur leur territoire les mêmes valeurs que les nôtres. Je retrouve ce même esprit qui nous anime chez François Bissonnette et son équipe : professionnalisme, proximité et respect du client, propriétés prestigieuses à vendre au cœur de l’île de Montréal. Nous pourrons ainsi offrir à nos clients respectifs un accès privilégié à nos offres mutuelles. Quand on connaît les liens historiques et culturels entre la France et le Québec, le potentiel est grand. Nos deux agences parisiennes sont situées au coeur du 7e arrondissement, près du Bon Marché, au 7 rue Chomel, ainsi que sur l’Ile Saint-Louis, au 18 rue Budé. J’invite les clients et amis de REALTA de passage à Paris à venir nous saluer. Cela nous ferait un réel plaisir de vous recevoir !

Pour en savoir davantage sur le groupe Patrice Besse, visitez la section INTERNATIONAL de notre site.